Clément

“J'avais pris l'option arts plastiques au lycée, et parallèlement je joue de la batterie. J'ai eu envie de relier les deux.“ Le résultat est particulièrement convaincant. Clément Quantin, Blésois de 33 ans, infographiste, se laisse guider par son amour des rythmes et des mots, des personnages et des styles. Il a sa manière bien à lui : “Je peins sur du papier froissé et déchiré, ce qui donne un côté vieille affiche. C'est un peu du 'vintage', dans le sens où des choses nouvelles veulent rappeler l'ancien. On pourrait imaginer cela placardé sur un mur défraîchi, dont on pourrait voir un bout de brique à travers un coin déchiré de 'l'affiche'“.

Une fois en compagnie de Mitch Mitchell, le batteur du Jimi Hendrix Experience que Clément place très haut dans son panthéon. “Jimi a une gueule, et musicalement, il est fascinant.“ Plus rare, un portrait de John Densmore, le batteur des Doors. On croise encore un Jacques Brel à fleur de peau, Gainsgourg, Lino Ventura... “Et aussi d'autres personnes qui font partie de ma culture, qui ont marqué notre siècle. Sans parler d'idolâtrie, des gens que j'ai retenu pour ce qu'ils représentent.“

Pêle-mêle, Jean Moulin, le commandant Massoud, le Che, Charlie Chaplin, Jean Gabin, sans oublier Ben Harper, Auguste Rodin et Salvador Dali. Les prochains portraits à venir seront celui de Gagarine, le premier homme dans l'espace. “Pour le côté un peu tragique de son histoire. C'est un héros qui est vite retombé dans l'oubli et mort prématurément.“ Et aussi Toulouse-Lautrec. “Forcément, c'est pour moi le premier des affichistes !“

 

Alain Vildart